Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Montmory

Le blog de Pierre Montmory

"La joie de vivre a des amants, Gare à l'eau vive, Gare aux serments".

LA SEINE QUE JE N’AI JAMAIS CRUE FAIT SEMBLANT D’ÊTRE DÉBORDÉE POUR NOUS TAQUINER

La cité du peuple de l'eau douce et du vent frais.

La cité du peuple de l'eau douce et du vent frais.

LA SEINE QUE JE N’AI JAMAIS CRUE
FAIT SEMBLANT D’ÊTRE DÉBORDÉE
POUR NOUS TAQUINER
Dans le roman fleuve de ma mie il y a la Seine que je n'ai jamais crue car dans mon poème notre marche ne finit pas au bout des rues et pour te dire je t'aime j'ai laissé couler mes larmes sur tes joues embrumées et dans tes yeux je me suis regardé couler jusque dans le lit de ton corps où tu relevais les filets de la nuit sur les ponts à la pointe du jour un réverbère éclairait la nue d'une vague lumière qui submergeait tes rives embrassées de mes rêves finissants sur la grève d'une île magique que Paris présentait à la belle Hélène et qu'Ulysse avait crue pourtant sans se noyer dans ses rires fols tandis que la Seine montait à l'assaut de la ville conquise par son désir de noyade dans le coeur hospitalier des amoureux qui flânent éternels sur ses quais usés par les souliers aventuriers en la cité du peuple de l'eau douce et du vent frais.

Pierre Marcel Montmory - trouveur parisien

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Esprit Libre 06/06/2016 03:42

La Seine qui se jette en faite dans l'Yonne...C'est pour ça que tu fais bien quand tu dis que tu ne l'a jamais crue ...J'ai tout de suite pensé à cette tromperie là . Il est très beau ton poème Pierre ! Merci ! J'ai encore un peu l'âme parisienne ... du Paris de ma jeunesse dans le 15ème au pied de la dame de fer ...à l'époque où les chaises étaient payantes. Lorsque l'encaisseur arrivait ma mère disait : les enfants ont y va ! J'ai usé mes patins à roulettes sur les esplanades du quartier 2000 en construction avec la bande de gars de mon immeuble mais aussi sur les pentes du Trocadéro où les touristes asiatiques prenaient en photo nos prouesses. Que de bons souvenirs ! Toutes mes amitiés d'un petit coin de France où le bleu du ciel est enfin revenu. Hélène

covix 06/06/2016 00:18

Bonsoir,
Quelques mots qui chantent l'amour qui coule dans les veines de Paris.
Bonne fin de soirée
@mitié