Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Pierre Montmory

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

paroles de Pierre Marcel Montmory / trouveur et sculpture de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia

paroles de Pierre Marcel Montmory / trouveur et sculpture de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia

Ô, SYRIE, TU PLAISANTES ?

La Syrie, pays millénaire berceau des civilisations où fût inventé l’écriture, la belle, l’héroïque Syrie où il faisait bon vivre de liberté, d’amour et de paix, la Syrie où les citoyens manifestaient pacifiquement et quotidiennement leur désir de parfaire les lois de leur grand pays, la Syrie, notre sœur à tous, la Syrie a soudain vu ce matin gris de plomb, des ombres s’infiltrer dans les murs de sa maison, pour y faire paraître à la grande lumière de ses jours, des sales bêtes dressées par les ennemis de l’humanité, des animaux domestiqués par les Avares du monde capitaliste, assoiffés de misère et saigneurs de la planète, dans la population syrienne ils ont installé la terreur, en se mêlant aux manifestations pacifiques des citoyens syriens, pour tirer sur les autorités qui protégeaient la foule, ils ont attenté à l’ordre public et, ayant amené avec eux des journalistes des caniveaux de Wall Street et des reporters des égouts médiatiques parrainés par les banquiers de la Terre, ils ont répandus l’infamie en créant une rumeur hostile au bonnes gens de Syrie, et les ont fait qualifier de terroristes, de dangereux criminels, et cela pour que le reste du peuple de l’humanité croit des mensonges répétés sans arrêt, comme une vérité qui a donné prétexte aux raisons de la destruction de ce pays magnifique, et au génocide total de sa population, et maintenant, maintenant, des millions de gens vivent l’exode transportant avec eux d’affreuses et innommables blessures.

Le Soleil ne se couche plus sur les ruines fumantes, il pleut des pierres et je ne peux pas aider les miens, je nage dans mon chagrin, un océan de chagrin, où surgissent des terres, pour échouer solitaire, dans des nuits frontières, barbelées de l’indifférence muette du mépris. Ô, ma Syrie, ma sœur qui fut reine, je traîne derrière tes haillons, et ramasse les pierres qui tombent pour en faire une fronde. J’avais tant à faire pour des routes, des maisons, et des jeux, que me voici en guerre contre ma propre colère, la gorge sèche, j’avale ce cri qui m’étrangle, et toi, ma Syrie, ma sœur tendre, tu me consoles en marchant devant, dans les fumées tu chantes une mélopée sans voix, et tes paroles raisonnent en moi, comme si Baal roulait les pierres du mont Safoon dans les torrents qui remplissent tes sources de sable.

Ô, Syrie !

Le chiendent et le coquelicot ont fleuri entre les pierres, l’herbe jeune frémit sur l’aire, un chardonneret espère en un chant neuf. Qui viendra te consoler d’éternité, quel cadeau le présent ne peut ne pas nous apporter, quelle joie insensée danse à mon bras quand tu ris après avoir épuisé toutes tes larmes ? Ô, Syrie, tu plaisantes ? Moi, je reste interdit. 

 

Pierre Marcel Montmory Trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

Nizar Ali Badr se décrit lui-même comme un « homme de pierre qui ne s’intéresse qu’à l’amour de la Syrie et œuvre à le marquer dans la pierre ».

 

« Ces pierres savent crier et leurs voix sont plus fortes que les balles. Malheureusement, chaque fois que je termine une sculpture de pierres assemblées, je dois la détruire, parce que la fixation des pierres avec de la colle spéciale sur des supports spéciaux est devenue beaucoup trop cher de nos jours.  La seule chose que je puisse faire à l’heure actuelle est de prendre des photos de mes œuvres d’art éphémères : ceci est mon moyen de les immortaliser.  Donc, quand je crée une sculpture en pierre, je sais avec certitude qu’il n’y a rien ici pour la retenir. Elle sera, sans nul doute, détruite sous peu de temps, tout comme les mandalas de sable bouddhistes. A cause de cela, il y a un caractère éphémère inhérent à mon travail qui exige une capacité de se détacher des objets matériels et de comprendre la nature temporelle de toutes les choses dans la vie. »

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

Poème dédié à mon ami Nizar Ali Badr, sculpteur

          Jabl Safoon / Syria Lattakia

 

LES PIERRES

 

Paroles de pierres

Héritières du rocher

Héritières de la lave

Filles de la lumière

 

Il se nomme Pierre

Celui qui fabrique

Les pierres parlantes

Avec l’alphabet des traces

 

Le sable et le vent

Ne retiennent rien

La pierre gravée

Se souvient

 

Les cailloux dans sa bouche

Deviennent paroles coulées

Dans les pores de la peau

Des roches crues

 

Ô, poète de la Terre

Qui ne peut se taire

À cause des tremblements

Des mains de sa mère

 

Et dans le feu de son cœur

Il coule la lave fraîche

Dans les moules du matin

Il prépare le pain

 

Ô, pierre de mon père

La tombe où je m’assoie

Et verse des larmes

Dans son pétrin sans farine

 

Ô, montagne de ma mère

Je ne t’ai pas rejointe

À cette demeure froide

Où j’irai seul

 

Et la nuit encore

Ne veut pas me répondre

Pourquoi même du ciel

Il pleut des pierres

 

Et la nuit encore

Les rêves ne sont

Que des étoiles

Dans le lit des dormeurs

 

Des paroles de pierres

Qui promettent la lumière

Quand pointe le jour

Entre les trous des murs

 

Des cris de roches

Dans la gorge de la Terre

Taillés par le fer

Le silence de plomb

 

Nous ne dormons plus

Car le jour n’est pas fini

Et que la nuit nous entoure

Comme des murs de pierres

 

Alors les mains se font

Poètes pour nos chagrins

Et les pierres fabriquent

Notre joie ici-bas

Pierre Marcel MONTMORY

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

AU PONT DES ARTS

Ne m'attends pas.

Mon cœur ne peut s'arrêter.

Je dois continuer.

Je t'atteindrai seulement là-bas derrière les lignes de l'horizon moqueur car le rossignol n’a pas fini de chanter l’aube.

Les corbeaux se couchent toujours au crépuscule pendant que je prépare le feu pour veiller la nuit. La nuit qui accouche d’étoiles de chair dans le flux et le reflux du firmament qui charrie le sang des brumes à venir d’où sortent nos enfants sans avoir le temps de sauter sur nos genoux, nos enfants prennent là leur élan pour l’inique saut dans le néant.

Ne m’attends pas.

Je ne peux m’arrêter même le souffle coupé je repars avec ma seule volonté même si je n’ai pas dormi je sais la douceur de ton lit et le vent caressant de tes mots dans ma nuque.

Je dois continuer le rêve jusqu’à l’heure du feu pour un repas de pierres sur l’épaule des déserts. Je ne rêve que si j’ai les yeux ouverts et ma nuit n’est pas arrivée pour que je me confie au grand sommeil d’une douce mort plus tendre que ma mère parmi les cendres de la route accomplie.

Ne m’attends pas.

Les rivières vont vers le fleuve qui se jette dans les bras de mer.

Ma parole ne peut se taire tant j’ai à dire que dire est tout mon temps. Mon temps qu’il me reste à vivre et que tu comptes parce que tu m’attends.

Tu m’attends autrement qu’ici où j’use ma voix contre le mur blanc de la destinée cette amante qui me hante loin de ton corps.

Ne m’attends pas.

Je ne peux revenir là où je t’ai quittée alors je viendrai quand tu viendras.

Nos rendez-vous sont pointés sur la carte des amants désolés. Et nos peurs seront des rires et des larmes croisés. Et seulement nos âmes seront liées.

Ne m’attends pas.

Tu sais maintenant que je ne suis jamais parti.

Tu sais que l’absence n’a pas de cœur à l’ouvrage et que seule notre présence est notre sœur qui compose des bouquets de bonheur dans l’air sec et craquant des jours indigents.

Ne m’attends pas.

Je ne t’attends pas.

Mais, s’il a plu depuis hier, je me suis relevé de cette boue de mauvais rêves et j’ai repris ma place dans ta trace.

Je marche pour t’atteindre plus loin.

Le chemin n’aura pas de fin car éternelle est notre patience. Et c’est en chemin que nous nous prendrons la main.

Alors, ne m’attends pas. Je te rejoins.

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

Oh ! La nuit est tombée sur Athènes
Oh ! Pénélope et Ulysse ont de la peine
La déesse Liberté et le dieu Amour
Reverront-ils la lumière du jour ?


Télémaque l’enfant ne connaît pas les prétendants
Qui pour une poignée de dollars ont construit le néant
Et la parque endeuille le peuple des rues
Et l’humaine déchaussée reste nue


Qui a laissé faire les princes de la guerre
Qui a démoli la paix de cette terre
Qui a eu peur de dire le temps
Qui collabore avec les méchants


Oh ! La nuit est tombée sur Athènes ce matin
Et vraiment le peuple dort-il où le feu est éteint
Car l’ombre de la ruine guette les pays voisins
Qui ne se soucient ni des grecs ni du malin


Tant que nous irons au temple pour prier
Tant pour l’exemple les prêtres pourront voler
Et le pain des jours et la lumière à la nuit
S’en iront en fumée et sans bruit


Je n’ai pas fait mon service universitaire
Mais je sais pour mes enfants le besoin
D’avoir l’amour pour grand-frère
Et la liberté pour pain quotidien


Oh ! La nuit est tombée sur Athènes ce matin !

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

LA FIANCÉE

Oui, j’ai rêvé que tu enlevais ton voile
Et ta chevelure jaillissait au soleil
Pendant que ta bouche rougissait vermeille
Ton nez éloquent toisait l’air vif sans pareil

Oui, j’ai rêvé que tu enlevais ton voile
Et tes yeux brillants reflétaient le ciel
À ton front pendait une mèche rebelle
Tes pommettes en sang roulaient pêle-mêle    

Oui, j’ai rêvé que tu enlevais ton voile
Et ton rire se confondait à mon rire
Nos bras s’ouvraient pour que l’un à l’autre s’offrir
Ne soit plus sans paroles pour jamais mourir

Oui, j’ai rêvé que tu enlevais ton voile
Et nous deux au soleil devant les étoiles
Dans l’Univers des solitudes banales
Nous dansions gaiement à notre premier bal

Oui, j’ai rêvé que tu enlevais ton voile
Soudain le ciel s’ouvrait et le tonnerre
Et les éclairs et le déluge sur la Terre
La pluie noire d’encre et de sang amers

Oui, j’ai rêvé que tu enlevais ton voile
L’orage déchirait ce morceau de toile
Et froissait ta parure originale
Dans une orgie d’injures dites par des vestales

Oui, j’ai rêvé que tu enlevais ton voile
Mais à mon réveil tu n’étais plus fiancée
Des humains en colère t’avaient frustrée
De mon vrai amour éternellement damné

Oui, j’ai rêvé que tu enlevais ton voile
Sur la place publique ils m’ont mis aux fers
Vaine est ma supplique aux bourreaux de l’Enfer
Le rêve est permis quand on vit sous la terre

Oui, j’ai rêvé que tu enlevais ton voile
Et ta chevelure jaillissait au soleil
Amoureux de vivre j’étais sans pareil
À boire à ta bouche le vin de la treille

Oui, j’ai rêvé que tu enlevais ton voile
Mais je marche dans le grand désert des humains
Couronne sur la tête une lyre à la main
Te délivre avec mon poème de vilain

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

POUR TE DIRE

Quand j’irai chez toi je sourirai

Et tu ouvriras grand ta porte quand

Seulement tu entendras ce que

Nous sommes vingt années de rêves

 

Je voudrai te dire que je t’aime

Mais tu es si loin, courageuse,

Les blés s’ouvrent à ma porte

Nous sommes vingt années de rêves

 

Tu grandiras aux bords abîmés de mon corps.

Forgé par les souvenirs un visage se noie

Une route au-dessus des nuages rouges

Nous sommes vingt années de rêves

 

Qui a dit que nous nous rencontrerons

Au milieu des pierres tu es l’oasis

Une route au-dessus des nuages rouges

Ton regard sur le mien et ces pensées sur mon corps

 

Tu sculpteras la colline aux vents qui s’offre

Et l’homme dit que sur la pierre il a soif

Son regard sur le tien et ces pensées sur ton corps

Une route au-dessus des nuages rouges

 

Les pierres des maisons ressemblent à tes mains

Tu es le soleil dans mes cheveux blancs

Et quand tu vois la neige s’éteindre

Tu dessines des soleils dans le gris des poèmes

 

Je prendrai le temps pour te dire

Nous nous élèverons en aéroplane

Tous au-dessus des villes ma ville bleue

Dessine des soleils dans le gris des poèmes

 

Nous prendrons le temps de vivre deux fois

Avec les pierres de l’amour, l’eau des collines

Une route au-dessus des nuages rouges

Dessine des soleils dans le gris des poèmes

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

Pieds nus dans l’aube froide, pieds nus fuyant le dernier crépuscule flambant chaque horizon depuis je ne sais combien de marches. Pieds nus, la peau à vif chargé de sel, je quémande de l’eau, aux arrêts par la soif. Et mon rêve diminue quand mes muscles sont brûlés par la faim. Le Soleil ne fait rien, ni les Étoiles ! Pieds nus dans le vent de poussière, je m’écroule sur mon ombre. Une dernière fois mes paupières ouvertes, sur les éclats dans l’obscurité. J’ai perdu mes pieds nus mais pas mon amour de toi. Je pleure de honte sur ton épaule. Ta main, juste ta main me fait un dernier bien avant mes adieux.

Et tu pleures. Tu pleures sans les larmes. Les larmes qui ont noyé ton amour. Et tu pleures, mais dans ton cœur. Le sang vif de ta joie danse. Danse et tu pleures ! Le rire te rattrapera si tu ne veux pas sombrer, tu cesseras tes pleurs. Et ton amour sera moqueur parce que ton cœur chantera comme un oiseau de joie. Tu reprends ta marche, le corps plein de ton contentement. Tu sers les dents sur ta rage. Ta faim recule. Redresse la tête et vois. Le jour se lève. Tu es en route.

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

LE POÈTE EST UN GÉANT

Le poète est un géant

Pour les petits et les grands

Il ne fait sa cour qu’à sa muse

Et pour l’amour de lui et d’elle

Les oiseaux mangent dans sa main

Et il trouve la ruse

Pour écrire ses quatrains

Qui au temps donne des ailes

Pour éloigner le méchant

Le poète est un géant

 

Le poète est un géant

Amoureux de la vie

Il charme les humains

Avec son cœur et ses yeux

Sa voix qui porte le feu

Pour éclairer les nuits

Il fait la poésie

Les lignes de la main

Pour les grands et les petits

Le poète est un géant

 

Le poète est un géant

Il soigne l’enfant

Qui a mal grandi

Et il berce les parents

Travailleurs appauvris

Par trop de chagrin

Et pas assez de pain

Et pour tous il crie

Et la beauté il défend

Le poète est un géant

 

Le poète est un enfant

Qui a bien grandi

Orphelin de tout

Il a vécu sans le sou

Liberté est sa mère

Amour est son père

Les riches sont jaloux

De ce mendiant prospère

De ce petit encombrant

Le poète est un géant

 

Le poète est un géant

Qui se cache des gens

Quand il ne chante pas

C’est qu’il ne trouve pas

Qu’il a besoin d’aide

De sa muse et de ses ruses

Pour venir ici

Où on ne l’attend pas

Le poète est étonnant

Le poète est un géant

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

LE PAYS SOLITAIRE

Le mot amour est un mot qui vient d'un pays

que peu de gens habitent

parce qu'il se passe de drapeau.

L'amour est debout, il vit au grand air.

Dans le cœur des êtres humains.

Il est secret et personne ne défile devant lui.

L’amour se fout des clôtures des cultures.

L’amour est dans l'être humain sans possession

que lui-même au pays de la Terre sacrée.

Tous les êtres humains sont des pays à défricher.

 

LE PAYS C’EST LE CŒUR

Si tu veux le plus grand pays du monde

Ne te fais que des amis

Tu ne connaîtras plus d’étrangers

Les frontières seront tombées

 

L’AMITIÉ EST L’ÉGALITÉ DES AMIS

Tu souffres

Tu es joyeux

Tu es amoureux

Je suis comme toi

Nous sommes des êtres humains

 

L’ÉGALITÉ EST DANS L’AMITIÉ

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

 

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

NAISSANCE DE L’HUMANITÉ

Non, certainement pas, les règles de l’Amour ne sont pas !

Le mot citoyen n’est pas un titre mais un métier.

Le citoyen doit savoir que l’Amour est une croyance basée sur la liberté d’aimer, qui ne méconnaît pas le droit des gens au paradis après la mort, mais au contraire, elle leur reconnait le droit à un paradis supplémentaire. Car le premier paradis possible est sur cette Terre !

Il doit savoir que les règles de l’Amour ne sont pas seulement un nombre mais beaucoup plus que cela.

Lorsque le Monde est débarrassé de la misère causée par les propriétaires saigneurs de la Terre et les seigneurs des idiots,  la religion d’amour est révélée; et alors le citoyen ordinaire retrouve ses droits élémentaires à la justice sociale, à l’égalité, à la défense des opprimées, hommes, femmes et enfants et ce citoyen a toute sa volonté et reconnaît sa responsabilité individuelle pour recommander le bien, interdire le mal, interdire l’usure, préserver les droits de la femme, préserver les droits de l’enfance, défendre les opprimés, et donc appliquer les prescriptions de l’humanisme qui est son idéal perfectible et dont l’essence originelle est l’intelligence profonde à tout moment pour n’aimer que vraiment et que chaque citoyen ordinaire a son mot à dire et jouit du statut d’associé légitime dans l’appareil gouvernemental.

Il doit savoir que le respect de la tradition de l’Amour suppose d’abord que le citoyen vit dans une société libérée de toute emprise féodale, de toute tyrannie.

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

TOURNER LA PAGE

Camarades de toute la Terre !

Depuis je ne sais combien de temps nous subissons ou avons subi mille atrocités commises par les mêmes criminels, armés par le bras des gens de pouvoir politique et/ou religieux, et ces criminels sont issus de nous-mêmes les humains qui acceptent de lever la main contre l’Humanité. Les véritables criminels sont ceux et celles qui lèvent la main pour voler la vie sacrée.

La main qui frappe.

Le pouvoir qui oppresse.

L’intelligence qui humilie.

La morale qui enferme.

Le juge qui châtie.

L’individu qui se déteste lui-même.

La paresse de volonté.

La faiblesse morale.

La foi imposée.

La folie simulée.

La famine organisée.

Les mille excuses pour chaque crime.

Les milles pardons aux criminels.

Les milles histoires arrangées.

La lâcheté des forts.

La faiblesse des violents.

Des frontières et des misères.

Les drapeaux pour perdre sa peau.

Des signes ostentatoires pour mentir.

Mais les bénéfices des sacrifices.

Mais les rançons des supplices.

Mais l’orgueil des pillages.

Et le retour aux servitudes.

Et le renouveau des platitudes.

Et la gloire des armées.

Et la fierté des cons.

Nous défilons en rangs policés par la force.

Nous croyons dans l’aveuglante lumière.

Et dans l’ombre soupire la vengeance.

Et dans les tombes parle le silence.

Et les vers rongent les poètes.

Les poètes morts en premier, morts à la fin.

TOURNER LA PAGE.

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

UN TROUVEUR

Un trouveur, c'est un type qui a le don de trouver des trésors. Il sait avec peine. Il est instruit du cœur. Il ne demande rien. Il a tout ce qu'il faut. Il est né riche. Il se donne sans compter. Il reçoit mille grâces. Les muses sont à son bras. Ses enfants peuvent tout lui demander. Les réponses sont dans la question. Aimez-vous. Votre mère la Terre vous porte depuis si longtemps. Le Temps est un père prospère. Votre cœur vous invite, ne refusez pas votre chance.  Vivre est tout ce qu'il y a à faire. Le travail est sacré qui nous paie la bonté. Vingt-quatre heures égalent trois fois huit heures qui additionnent huit heures pour le toit, l'habit et le repas avec huit heures pour donner notre joie et encore huit heures pour le repos avant de renaître à nouveau. Chaque jour qui naît crée le monde. Quand tu ouvres les yeux. Cette peur qui te fait trembler c'est le frémissement du monde vivant qui coule dans ton sang.

Vivre est un travail sacré. Qui es-tu pour m’en empêcher? Vivre fait de nous des êtres humains. Vivre est notre métier et alors notre métier est un art. Si un dieu existe, qui a fait dieu ? Si les êtres humains sont faits sur le modèle d’un dieu qui fait tout, alors les humains peuvent faire et défaire le bon comme le mauvais. Ce n’est qu’une question de volonté. Et si une déesse vient à toi, ne sois pas surpris, c’est pour te montrer que le paradis est bordé par le ciel et se berce au chant des étoiles.

Sans les Muses le poète vit en enfer, les yeux fermés sur la beauté, il est sacrilège, son cœur s’est refermé; et pour sa peine il purge ses années dévoré par les trous noirs de son esprit.

Pour ne plus avoir peur tu te réfugieras sous un drapeau, tu te couvriras de signes, tu apprendras la répétition des paroles mortes figées par le temps. Et tu n’entendras plus l’appel de l’autre inconnu à toi-même; tu vivras sans aimer, sans te donner à connaître; tu quitteras le monde comme un mort. Et tu auras été un humain qui aura vécu seulement le tourment, le tourment des gens absents, absents du présent. Ce présent qui t’es offert en cadeau mais que tu refuses de recevoir en toi, toi qui t’obstines à avoir peur.

Tu as tellement peur que tu te refuses à voir la beauté. La beauté, tu l’interprètes comme un crime. Et te voilà fossoyeur de toi-même. Tu te prives de ce qui t’es donné car tu n’as jamais semé pour récolter. Et ce ne sont que tes récoltes qui constituent l’offrande à la vie que tu te dois de donner. Peu importe la quantité si la qualité demeure. Le blé de chacun fait du pain. Ce ne sont pas les racines qui font qu’un arbre a de bons fruits à donner. C’est la volonté dans sa sève. C’est son cœur instruit par les sources claires. C’est la paix dans l’orage. Le soleil dans l’orange. Le bleu du ciel avec des nuages.

Peux-tu voir la bonté dans une juste colère? Quand l’âne est bourru parce que son bât est trop lourd ?

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

À TOUT À L’HEURE

     Je voudrai que mes derniers poèmes soient le reflet de quelque-chose – d’une plaie peut-être – de véritable, plein des dessins que fait la plaie qui sépare les hommes et les femmes dans le refrain, dans le métal, dans la métamorphose de l’argent.

     Je parle et j’existe au-delà de mon identité qu’on achète, au-delà de mon rêve d’enfant qui vieillit avec les rides de mes mains.

     Il faut que mes poèmes soient ma force et mon enclume. Je pense aller plus loin que le rêve du monde mort.

     Je t’écris du fond de l’abîme. Je t’écris aussi du haut de ma colline.

     Mon chemin, mon île.

    Accroîts tes rêves et construis ton chant. Donne des soleils aux musiciens. Déclare la guerre au monde.

     Tu continueras de nous surprendre, de sursauter.

     Nous finirons par étonner pour construire.

     Y a pas d'âge pour être amoureux, jette ta bouteille à l'amer et te reviendront des effluves sucrées.

     Croire c'est rêver et le rêve est bon s'il sent bon.

     Le rêve d'Hamlet c'est la boue du malheur. Le mien est souvent une plaie, alors, je suis toujours en guerre contre le monde. Une plaie, oui, et je ne veux pas de pansement.    Laissons la chair à vif tant que vivre nous démange.

     Mets du sel dessus, ça ne cicatrise pas ! Tu jouis de douleur mais tu te sens vivre ! Je souffre, donc j’existe !

     Toujours une main sur le coeur et un poing dans la poche.   Partager c'est distribuer chacun suivant son mérite. Je suis bon ou méchant à volonté. !

     Alors et ce ne sont pas là seulement de brillantes formules poétiques mais tout cela vient révéler le sens profond et tragique d'une vie humaine.

     Je "déclare" toujours "la guerre au monde"; je n'ai point changé d'un iota, je me suis affiné et j'ai pris - enfin - du gras.

     J'ai déposé dans mes premiers poèmes de l'énergie de ma jeunesse comme pour y puiser aujourd'hui un ravitaillement vivifiant qui me permettra de continuer le voyage de l'écriture.

     Je pense à la chance quand elle délivre ses présents sur le chemin que l'on s'est choisi.

     Je garde le cap. Et si le mystère m'empêche de te révéler ce qui va suivre, je suis sûr pourtant d'en partager les récoltes.

     Soyons seulement présents quand l'offrande sera prête.

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

VOUS HUMAINS

Je mendie pour vous

Je mendie un peu

Je mendie beaucoup

Je cherche quoi

Je cherche qui

Je veux savoir

Qui est quoi          

Je veux savoir

Quoi

Et qui

Et je reçois

Des coups

Une aumône

Des clous

Des sourires

Mais des rires

Et des cris

C’est écrit

Par les scribes

Que la mendicité

C’est la cité

Qui mendie

Et je mens

Quand je dis

Que je mendie

Pour vous

C’est pour bibi

Mon moi qu’a faim

D’une autre fin

Que de mourir

En mendiant

Pour tous

Et pour rien

Sur ce coin

De terrain

Où je stationne

Sans permis

Je mendie

Autre-chose

Que l’envie

Des choses

Que je mendie

Aux êtres qui passent

Sur la place

Où je demeure

Comme une pierre

À méditer

Un repas un coucher

Avec la mer et le soleil

Oui je reste

Comme un caillou

Près des vagues

De la foule

Dans le vent

Des sentiments

Sous la pluie                                                            

Des boniments

Aux heures fatales

De la morale

Et du trou

Où je mendierai

Pour les souris

Et les puces

De la conscience

Un p’tit sous

Messieurs-dames

Je suis saoul

À Notre-Dame

Mais mon âme

N’a pas de poux

Je mendie pour vous

Je mendie un peu

Je mendie beaucoup

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

MON HISTOIRE

Mon histoire est celle d’un nomade millionnaire  qui a vagabondé sur la Terre où ses pieds ont tassé le sable, la boue, et les pierres et le goudron des chaussées. Sur la Terre où il s’est imprégné de vents qui lui ont mis des sons dans sa voix. Sur la Terre où le Soleil a coloré son teint des couleurs de l’arc en ciel. Sur la Terre où il a mouillé son drap de peau à toutes les sources de l’eau. Sur la Terre où la flamme du feu a éclairé ses nuits et réchauffé son corps nu.

Ma patrie est cette île de terre hospitalière où je peux vivre mon exil dans l’immensité de l’Univers avec la flore et la faune comme un jardin où je prends la nourriture qui restaure mes forces durant mon errance.

Quand je trouvai au même endroit tout ce qui satisfaisait mes besoins j’ai rassemblé ma famille autour de moi, et les autres et moi nous nous sommes mis à nous ressembler, à force de boire la même eau, de nous baigner dans la même lumière, de partager la douceur de nos peaux et la rudesse de nos bras.

Quand la famille est devenue grosse elle enfantait un monde nouveau au milieu de la nature, les pierres sédentaires étaient empilées et des murs étaient érigés jusqu’au ciel à tel point qu’on ne voyait plus le Soleil le jour, ni la Lune la nuit. Nous nous sommes arrêtés si longtemps que nos pieds se sont enfoncés tels des racines dans le sol.

Nous ne marchions plus et nos corps s’affaiblissaient  parce que nous avons mis toutes nos forces dans des murs.

Nous étions à nouveau nus mais cette fois ce n’était pas en pleine terre roulant dans le flot du ciel étoilé mais dans un tombeau de pierres.

Alors nous nous sommes regardés dans le miroir de nos yeux, nos yeux noircis par le désespoir, et nous avons pressé nos cœurs jusqu’à ce que la bile noire nous aveugle, et nos bras mous se sont noués autour de nos cous, et nous nous sommes privé du souffle de vie qui restait accroché au dernier rayon de Soleil, noyé dans notre dernier clair de Lune, au fond d’un désert.

Pierre sur pierre nous avons bâtis notre désespoir, à vouloir arrêter la course du temps, dans le roulis d’une planète qui ne supporte longtemps l’espérance, qu’avec les aventuriers qui vont à pieds, comme de modestes pèlerins, flânant d’un pôle à l’autre, parmi le vivant, tout le vivant, incompréhensible au désir de posséder une seule miette de cet unique continent. Ce pays unique roulant son carrosse dans l’écrin du ciel étoilé, pour y accrocher des rêves d’oisifs qui s’occupent à vivre.

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

Ô, MA TERRE

 

Combien de travailleurs

Ont brûlé leurs heures

Pour que vive la flamme

Du pétrole qui damne

Combien de peine

Charge les épaules

Des pauvres bohèmes

Qui errent entre deux pôles

Où les vents de fumée

Noirs comme les enfers

Traînent leurs chaînes

Sur la terre condamnée

Le soleil disparu

Les nuages obtus

Brisent la lumière

L’esprit confondu

La Lune triste

Des visages pâlis

Des poètes interdits

Prisonniers du schiste

Que la force réclame

Pour nourrir le capital

Monstre sans âme

Ennemi fatal

Des fleurs et des rosées

De l’aube et des étés

Une grande faux

Déchiquette les oiseaux

Ô mère ma terre

Qui tant a souffert

Tu pleures dans le ciel

Des larmes de sel

Car les hommes fous

Redevenus bêtes

Frappent ta tête

Avec le fer des clous

Me voici orphelin

Mes frères animaux

Mes amis floraux

Meurent au matin

Dans l’angélus sombre

Le tourment des jours

Où peine mon amour

Dans un trou d’ombre

Ma chère planète

Exilée et seulette

Porte sur son dos

Le choc de mes os

La vie

N’éclot plus ses graines

Dans le chant des plaines

L’Humanité s’est éteinte

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France
Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

Fêtons la fête !

Je me sens si bien ici près de mon ami Nizar Ali Badr !
Le corps de mon poème contre la pierre de sa peau aime !
Que les muses ouvrent la danse de la vie par leur chant de cris !
Je bois l'encrier de la nuit et jette des étoiles dans le feu.
Les vents des rires sèche mes larmes.

 

Pierre Marcel MONTMORY - trouveur

 

 

فلنحتفل بالحفل!

أشعر بالسرور كوني بجانب صديقي نزار علي بدر!

جدع قصيدتي يستمتع باحتكاك هذا الحجر!

لتفتح رقصات المشاعر على رنة الصرخات!

اشرب من حبر الليل لأ لقي النجوم على النار!

رياح الضحك تجف دموعي

Ici et Là-bas entre Hier et Demain - sculptures de Nizar Ali Badr / Jabl Safoon / Syria Lattakia et paroles de Pierre Montmory / Trouveur de Paris / France

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :