Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Pierre Montmory

DERNIÈRES MOISSONS - CHRONIQUES - fin 2018

Ali Bahaa Moalla de Tartous sculpture dans le bois d'olivier

Ali Bahaa Moalla de Tartous sculpture dans le bois d'olivier

Livre gratuit à copier et à partager

DERNIÈRES MOISSONS - CHRONIQUES - fin 2018

     Faites ce que vous voulez avec vos propres ressources c'est suffisant pour danser sur les places - personne ne peut vous empêcher de donner ce que vous avez à donner ! ... Le système ne s'intéresse qu'aux gens qui lui sont utiles pour entretenir l'illusion de démocratie. Notre Constitution nous permet tout. Nous n’avons pas besoin d’autorisation pour exercer notre citoyenneté.

     Si vous êtes véritable artiste vous avez deux amies pour vous aider : la ruse et la muse... Et votre génie vous souffle ce que vous devez dire quand c'est le temps. Soyez de modestes travailleurs pour être de bons interprètes et toujours vivez au milieu du peuple (c'est à dire avec tout le monde).  Vous n'avez pas à faire la cour à des médiocres patentés; vous n'avez pas de dossier à remplir, vous pouvez changer de nom tous les jours, anonyme est le meilleur patronyme pour l'élégant généreux qui repousse le mal, guérit, charme, provoque l'amour ! Et n'allez pas dans les salons des ratés de l'existence diplômés de suffisance, écartez-vous des agents culturels chargés de la sécurité intellectuelle du système !

Oui, je me souviens maintenant, excuse-moi de l'oubli, je suis très occupé, préoccupé, oui, tant d'amour à donner, sans cesse la muse appelle, et la ruse ignore la fatigue car elle t'oblige au seul repos dans le travail, elle te rappelle constamment le travail. Ici, au Canada, c'est juste une prison dorée, le silence est d'or et la parole d'argent alors, si tu veux qu'on t'écoute, te voilà à soliloquer...

+++

POPULO :

     Des gilets blancs ne sont pas apparus dans le ciel noir des guerres pour effacer les budgets militaires.

     Le populo va-t’en guerre pour sa gamelle et son statut de complice des tueries de la misère.

     T’auras ton steak et tes jouets et tu pourras continuer de vivre comme si de rien n’était.

     Car sur cette terre tu ne fais que passer pour y faire caca et te reproduire plus que parfait.

 

     Ils ne font aucun bruit pour dénoncer les crimes de l’armée contre des peuples au loin.

     Ils votent pour la paix mais paient pour la guerre et construisent les armes de leurs mains.

     Ils forment le troupeau des pauvres qui protègent les riches et assassinent d’autres pauvres.

     Populo qui joue à la roulette avec son destin au comptoir des lâches qui jouent les pauvres.

 

     Ils bégayent leur patois et ils appellent cela leur langue mais ils se la fourrent dans le cul.

     Ils ne parlent pas aux étrangers et alors ils restent seuls avec leurs bouches qui puent.

     La patrie est contente de les entrainer dans les stades pour les habituer au combat.

     Ils hurlent impuissants leurs frustrations et chantent les vertus de la nation des parias.

 

     Le populo ne manifeste pas pour la paix dans le monde mais pour son estomac et ses jouets.

     Il aime la violence qu’il traîne depuis l’enfance où dans les familles on commet les premiers crimes de la misère. Les élites le corrigeront par la force et le populo aura ses martyrs à consoler et pour héros des statues de pierres et les drapeaux serviront de linceuls.

     Populo, du moment que tu manges et que tu laisses derrière toi plus malheureux que toi ! Tu peux espérer ! Tu as du crédit pour ton bonheur !

POLITIQUE :

     1)     Pour détourner l’attention sur les vrais affaires criminelles des banquiers et de leurs actionnaires, les politicards attisent la grogne du populo en touchant à ses petits privilèges d’exploité : le pétrole ne coule plus à flots, le pain durcit, les roses sont chères, le désir augmente, les frustrations s’additionnent et voici les pavés de la rue qui cognent contre les cognes; le coût de la casse est prévue et la meute est toujours prête au massacre, suffit de l’exciter avec quelques agents culturels infiltrés dans le folklore des manifestations.

     2)     Lorsque la baston a assez durée, les sinistres valets annoncent capitulation et rabaissent leurs caquets en faisant nouvelles promesses pendant que les réserves de pétrole débordent des fosses communes des peuples exterminés par la démocratie, pendant que les pays au loin sont appauvris pour le pillage des richesses empilées dans les magasins du Mondistan, les syndiqués conservent leurs statuts de collabos et leur gamelle sera garantie par le plein emploi.

     3)     Vive la sociale collabo, vive l’école logique de l’exploitation d’un troupeau rendu amorphe par la consommation, vive la démocratie où la majorité impose le silence à la vie qui bat dans le cœur des enfants.

     Les calculs politiques du complexe militaro-industriel sont l’arithmétique des marchands d’armes qui mettent en scène la comédie médiatique pour nous faire croire à des dangers, des menaces, à de potentiels ennemis, tantôt l’un, tantôt l’autre qui menacerait de nous foutre sur la gueule, toute cette propagande pour justifier le pompage de leurs budgets dans la bourse des nations. Les banquiers sabrent le champagne et leurs actionnaires crachent sur les gilets en loques des pauvres gens.

+++

     Le premier client veut instaurer la dictature

     Le deuxième client veut rétablir la démocratie

     Le troisième client veut imposer la paix

     1+1+1= 3 commandes d’armement

+++

     Tu dis mon pays

     Mais tu n’es que locataire

     Avec permission de circuler

+++

     La langue perdue. 75% des gens qui entendent la langue française (« franco-phones ») ne lisent pas un seul livre dans l’année. Et pour ceux qui lisent, il faut voir quels livres ils lisent (!) ; et les écrits qu’ils sont capable de déchiffrer ! Les gens utilisent en moyenne 250 mots ! Un chien savant peut en comprendre 700 ! Il y a plus de 35000 mots dans le Petit-Larousse !

     Langue perdue qui ne se parle plus ! Humanité muette qui communique par signes, ou abréviations, onomatopées : « Exact, chef, 1, 2, 1, 2; en avant marche ! Allons z’enfants de la tuerie, la fin du monde est arrivée ! Lol ! Mdr ! ».

     La langue perdure. Les poètes - ces savants qui inventent des réponses aux questions de leur imagination et les savants - ces poètes qui trouvent des questions aux réponses déjà connues, ces gens libres sont heureux; et c’est tant mieux. Pour qui aime la compagnie, cela rend aimable de s’aimer, ça donne le goût aux autres de partager l’amitié avec vous en compagnie de vous-mêmes !

     S’il n’y avait ni science ni poésie, ni poème savant, ni théorie poétique, il n’aurait jamais existé un seul mot, il n’y aurait aucune humanité. Resterait les bêtes et les plantes qui sont assez bavardes pour qui a le cœur en nid d’oiseau.

+++

     La liberté marche toute seule. La marche des libertés contre le marché des libertés. La liberté marche toute seule. Les gens veulent la liberté de choix mais rares sont ce¨+ux qui font le choix de la liberté. La liberté marche toute seule. La liberté a un prix fixe dans le grand magasin du Mondistan. Si vous n’êtes pas dans le système en train de magasiner, vous êtes dehors attachés au crédit. La liberté marche toute seule. Si vous n’êtes ni dedans ni dehors du magasin du Mondistan, vous êtes dans le mur. La liberté marche toute seule. Le mur craque parce que la vie fait germer les graines. La liberté marche toute seule. Et vous chantez des hymnes à la liberté. La liberté vous fait marcher. La liberté marche toute seule.

Ali Bahaa Moalla de Tartous "Veillée d'un martyr" - sculpture dans le bois d'olivier

Ali Bahaa Moalla de Tartous "Veillée d'un martyr" - sculpture dans le bois d'olivier

     L'homme libre n'a pas de passé.

     L'homme libre n'a que le présent.

+++

     L'empreinte du sable sur tes pas. La caresse des vagues sur ta peau. Le souffle tendre du vent dans tes cheveux. La douce brûlure du Soleil dans ton coeur. Cet oasis dans le chaos, c'est toi, entre le flux et le reflux qui meurent après ton passage. L'écume des déserts c'est bien ton rêve brisé par la mécanique du temps, quand il est l'heure de faire grève de la vie en mourant.

CHIEN DES RUES

Il ne parle ni écrit la langue de conserve

Son horizon est si vaste que les prophètes ne s'y trouvent pas

Son regard circulaire passe par lui et contourne la galaxie

Il fait tourner son monde comme son cerceau

Il chante avec la voix de sa mère

Il parle avec la gorge de son père

Il parle la langue de l'amour

La langue universelle des amoureux de la Terre

Le plus beau pays de l'Univers

Et il se fout bien du drapeau

Qui est le linceul du troupeau

Lui ?

Il n’a qu’un drapeau de peau

Un cœur en Soleil

Une intelligence universelle

C’est un humain

Maintenant toujours

Présent offert

Cadeau accueilli

Comme un bouquet de roses

Comme le pain frais

Et la rosée du matin

Il naît en ouvrant les yeux

La vie est …

Il se tait

Et retient son souffle

Le lait coule

Il essuie sa bouche

Il sourit

Il part en courant

Après les oiseaux

Il saute avec le vent

Bondit sur les vagues

Erre sur la Terre

Marche sur l’eau

Cueille les fruits

Mange des amours

Dort sur ses rêves

Vit sur son établi

À plancher le ciel

De feux d’étoiles

À boire le miel

Des frivoles artifices

Pour que la muse

S’amuse

Il s’amuse

À muser

Sa vie

+++

     Les partis politiques sont tous populistes parce que le jour où un parti populaire naîtra, ce sera donc le parti de tout le monde, et alors, la révolution totale et pacifique sera faite, la race humaine se sera toute élevée au-dessus de la bestialité.

+++

     Les gens de mon quartier me disent :"Tu es notre poète", quel honneur, je n'ose pas me présenter ainsi car je trouve cela prétentieux mais, bon, le public a ses raisons.

+++

     Les riches sont plus riches

     Et les pauvres plus nombreux

     Qui a forgé les chaînes

     Qui a construit chaque mur

+++

     Le bonheur c'est avoir le besoin d'apprendre.

ON VIT COMME ON PEUT

On vit comme on peut, on vit notre misère

On n'aura jamais le temps de tout comprendre

Et l'on s'en ira avec notre mystère

Dans la vie c’est bon d’apprendre à tout prendre

 

Pis l’on fera tout avec ce qu’on ramasse

Des brins de pluie des chagrins des miettes de pain

Des fleurs avec des mots une joie avec rien

Pauvreté a ses richesses qu’on entasse

 

Pis au jour dit à l’heure grave on dira oui

J’accepte mon renvoi c’est mon tour de savoir

D’où que je viens pour faire une bon’ histoire

Et mes amis me verront partir l’air surpris

 

Et c’est où qu’on s’en va quand on a plus de nom ?

Dans le cœur d’mes amis j’serai au paradis

On parlera de moi à l’imparfait : « C’tait lui !

’Parfois injuste mais souvent il était bon ».

 

Oh, je regrette mon arrivée dans cett’ boue

Je suis tombé des grandes eaux de ma mère

Et mon père me releva me mit debout

Mes yeux frais ouverts contemplaient le mystère

 

J’ai bu le lait des jours et des nuits l’alcool

Poète j’étais savant sachant mon très peu

Suffisant pour errer autour de l’école

Me méfiant des ordres et des appels au feu

 

Je survivrai à ma mort tant j’aurai vécu

Donnant mon poème à la science innée

Des amis avec qui je parle à voix nue

Sans contrat je tiens parole à l’amitié

 

Bel ouvrage sinon préfère rien faire

La terre et l’eau contiennent mes beaux reflets

Et le Soleil et les vents seront mes seuls regrets

La mort n’a point d’horizon ni rien à faire

 

Je prépare mon départ et mes arrivées

En chemin au hasard remplis mes valises

Pour offrir mes trouvailles là où ils lisent

Des visages nouveaux des pays à charmer

 

On vit comme on peut, on vit notre misère

On n'aura jamais le temps de tout comprendre

Et l'on s'en ira avec notre mystère

Dans la vie c’est bon d’apprendre à tout prendre

 

Le vaste paradis n'a pas été sur Terre.

L’enfer est ici quelque-chose de vrai

Le purgatoire des exploités est infini !

Les partis politiques sont tous populistes

Parce que le jour où un parti populaire naîtra,

Ce sera donc le parti de tout le monde, et alors,

La révolution totale et pacifique sera faite,

La race humaine se sera toute élevée

Au-dessus de la bestialité.

Le paradis sera sur toute la Terre.

Le purgatoire sera se taire et consommer.

L’enfer sera ignorance et misère.

DERNIÈRES MOISSONS - CHRONIQUES - fin 2018
DERNIÈRES MOISSONS - CHRONIQUES - fin 2018

LES COMMANDEMENTS DU DIEU ARGENT

     Je suis l'Éternel Argent, ton Dieu, qui t'a fait sortir de la merde;

     Tu n'auras pas d'autres dieux face à moi mais des concurrents;

     Tu feras des images taillées dans l’or, et des  monnaies en bourse;

     Tu te prosterneras devant les vitrines des magasins, et tu consommeras et tu te tairas car moi, l'Éternel Argent, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punit les enfants désobéissants et qui me haïssent;

     Et je fais crédit pendant mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements;

     Tu n'invoqueras point le nom de l'Éternel Argent, ton Dieu, en vain ; car tu paieras tout ce que tu achètes;

     Souviens-toi du jour du bénéfice, pour le faire fructifier;

     Tu paieras tous tes achats, ou tu feras des dettes;

     Mais le jour des comptes de l'Éternel Argent, ton Dieu : ne te fera aucun cadeau;

     Car en six jours l'Éternel Argent a fait les murs, les prisons et l’enfer, et tout ce qui y est contenu, et il a fructifié;

     C’est pourquoi l'Éternel Argent a bonifié l’intérêt et l'a sanctifié;

     Honore ton père le Profit et ta mère la Croissance, et ton fils le Crime afin que tes affaires se prolongent dans le pays que l'Éternel Argent, ton Dieu, te vend;

     Tu tueras les pauvres;

     Tu commettras le viol;

     Tu voleras à la vie;

     Tu convoiteras la terre et les richesses des étrangers;

     Tu détruiras l’amour;

     Tu offenseras la beauté;

     Tu interdiras le don;

     Tu voileras la curiosité.

IDIOTIE SYSTÉMIQUE

     Les problèmes n'ont rien à voir avec la couleur de peau, les origines etc... Le problème est que le système ne peut intégrer que des gens qui lui sont utiles pour entretenir l'illusion démocratique. La preuve : il vous répondra qu’untel ou une telle qu’il a embauché (e) fait partie d'une minorité. Le système engage des figurants pour faire correct dans le décor où il impose de se taire et de consommer sans critiquer hors la liste des sempiternelles critiques politiques correctes admises. Les artistes choisis par le système sont traités comme des clients et ces artistes font la promotion des produits et de l'idéologie du système. L'honneur revient donc aux artistes qui vivent comme des citoyens qui exercent librement leur citoyenneté.  L'indifférence polie du système honore les artistes qui refusent d'être traités comme des clients... Les organismes communautaires et autres défenseurs de minorités ou de différences, font trop souvent partie de ce système systémique et de son abîme chimérique. L'apitoiement est une ruse du système pour son repentir d'exploiteur. Tout est bon pour le système afin de coloniser même les âmes égarées.

     Le numérique ne compte pas les pauvres.

     Le numérique éloigne les pauvres des privilèges.

     Le numérique élimine la mauvaise clientèle pauvre.

     Le numérique laisse aux pauvres leurs semelles de vent et bâillonne leurs voix.

     Mais la vie dans la voix des pauvres fait pousser des mots de renaissance.

     Le numérique n'est plus qu'une chimère de la misère.

     La vie est plus riche que tous les nombres.

     Les clients du numérique sont des aliénés addicts aux écrans du Mondistan.

     L'ordinateur ordonne le silence.

     Le numérique est un langage de la force.  

     L'oppression mise en boite implosera à la gueule des voleurs de vie.

     Le numérique est une colique diagnostiquée dans le froc des collabos du nouveau nazisme au pays du Mondistan.

     Les pauvres gens sont bien plus résistants que cette comédie électrique dont il suffira de débrancher le cerveau pour lui couper le fil de vie.

Ô, ma Terre !

Oh! Materne-moi !

Ô, mon Ciel !

Oh ! Protège-moi !

 

Émigrés

Étrangers

Pauvres gens

Comment reprendre

Ce qui nous appartient

Vie amour beauté

 

Nous refusons toute aumône

Nous acceptons notre peine

 

Nous marcherons jusqu’à ce que nous soyons rassasiés

Nous travaillerons seulement pour vivre chaque journée

Ensemble pour vivre comme bon nous semble juste

Paix au cœur le pain dans le corps le rêve robuste

 

Il leur a jeté un morceau de pain sec pour les calmer.

Il joue à je te donne je te reprends je te donne je te …

Manipule les promesses comme un prestidigitateur

Te mène les gens par le bout du nez comme un acteur

DERNIÈRES MOISSONS - CHRONIQUES - fin 2018

Les poètes sont à la rue

Car la rue est aux poètes

 

Les artistes font des rimes

Leurs vers secs ont triste mine

 

La rue laide grimace

Les lumières agacent

 

Je crie de faim à la une

Les gens parlent de la Lune

 

Les musiciens plaisent aux chiens

Pour un os ils vendent leurs biens

 

La ville puante conchie

Des agents culturels polis

 

Rien qu’un seul mot pour tout dire

Parleur qu’on doit bien maudire

 

Des paroles qui s’envolent

De la bouche des idoles

 

Faut mettre l’oiseau en cage

Liberté fait des carnages

 

Les peintres dessinent des seins

Cachent les gros tétons du bien

 

Le sculpteur modèle l’acier

De la justice crucifiée

 

Toujours plus malheureux que vous

L’homme libre devenu fou

 

Le client arrivé dernier

Sera dépouillé le dernier

 

La vie est une mendiante

Quête les âmes vivantes

 

Car il faut naître d’un ventre

Vivre sur Terre que diantre

 

Les poètes sont à la rue

Car la rue est aux poètes

 

DERNIÈRES MOISSONS - CHRONIQUES - fin 2018

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

covix 12/12/2018 15:37

Bonsoir, Que dire de plus, nos bêtises sont la force ceux qui devraient oeuvrer pour nous mais s'en servent pour mieux nous museler.
Un jour peut-être cela sera compris...
Bonne soirée
@ plus