Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Pierre Montmory

GRANDEUR ET MISÈRE DE L’ARTISTE EN QUÊTE

GRANDEUR ET MISÈRE DE L’ARTISTE EN QUÊTE

GRANDEUR ET MISÈRE DE L’ARTISTE EN QUÊTE

     L'artiste n'a pas besoin de rien ni d'argent ni de prix il a besoin de la liberté qu'il prend et de l'amour qu'il donne.
     Artiste émergent : Qui émerge: qui sort de la mer polluée, un rescapé !
     L'artriste avec ses pleurésies touche les droits d'hauteur des gens de l'être !
     Sur les hauteurs des gens de l’être, je vais de travers.
     Mes droits sont offerts. Ma liberté ainsi gagnée.
     Si si, l'artiste est milliardaire et ivre jour et nuit, sinon elle (il) ne serait pas poète et elle (il) ne donnerait jamais tout ce qu'elle (il) a !
     C'est en donnant le peu que l'on possède que l'on devient riche.
     J'ai toujours pratiqué bien d'autres métiers pour pouvoir donner le meilleur à tous ! Et pas seulement à ceux qui pourraient payer. Qui végète a rien. Le poète est celui qui fabrique. Le quêteux quête. Si tu cherches l'argent avec ton art tu trouveras la mort qui tue l'art en excluant les vivants qui n'ont pas d'argent mais qui ont besoin des vrais artistes ! L'art doit charmer, l’art doit éloigner le mal, l’art doit guérir, l’art doit provoquer l'amour !
     La poésie résiste à tout. Le poème vient après une bonne journée de travail. Le poème naît de la lutte. Le poème s’écrit après l’amour,. Le poème se dit après la mort. L’artiste est celui qui exerce l’art comme métier de l’être humain. Le public de l’artiste ne lui verse jamais un salaire ce qui serait le ramener dans une liberté négociée dans un contrat avec contraintes déterminées. Le public de l’artiste offre des récompenses à celui-là vrai qui lui donne le peu qu’il possède et qu’il se doit de donner dans l’éternité du présent où vivent les vivants. Et le vrai public est digne pour recevoir l’offrande sacrée d’un humain égale à eux mais généreux dans son comportement.     Alors pleuvent bravos, les cadeaux, les récompenses les titres honorifiques.
     Mais l’artiste vrai dans son art peut récolter l’amertume dans des époques où le public devient dictateur et lui ordonne de se taire en le remplaçant par des faux artistes et des poètes clonés qui font la propagande de la consommation dans le grand magasin du monde où les citoyens sont transformés en clients.
     Clients d’imaginaires artificiels folklorisés par les clôtures des cultures où l’on massacre les poètes sous les drapeaux des états prisons et où les avocats torturent les artistes dans les égouts de la morale.
     L’artiste devient un cobaye de l’industrie concentrationnaire qui le médicamente avec la chimie des tyrannies démocratiques. Alors l’artiste ne produit plus que des avatars, des bébelles à sensations, des jouets pour tordre les sexes et des armes pour exciter la violence des faibles dont la force a besoin pour avoir raison.
     Voici de l’artiste l’oraison à l’horizon qui grimace dans la face des saigneurs.
     (J'aimerai remettre à leur place les gens qui sont avares avec eux-mêmes et se privent et qui sont jaloux des trésors qui viennent de nous et ne supportent pas que l'on soit heureux avec ça même si cela nous donne aucun sous vaillant ni titre ni gloire et que notre vie d’artiste n'est qu'une passion qui nous égare sur des chemins inconnus des autres et qu'on nous voit aller en haillons mais souriants avec ce qui nous reste de dents et de peau sur les os ! Ce sont les gens biens comme il faut et corrects qui sont égarés et misérables d'avoir raté leur vie en s' économisant !)

Pierre Marcel Montmory trouveur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

covix 04/01/2019 18:07

Bonsoir,
Les honneurs des palais dorés ne sont pas faits pour les artistes, ceux qui sont dans la réalité de la vie, ceux qui partagent leur travail sans la pompe de la renommé étouffante de la créativité.
Bonne continuation.
@mitiés