Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Pierre Montmory

Toi derrière tes yeux, moi à la fenêtre

Toi derrière tes yeux, moi à la fenêtre

Toi derrière tes yeux, moi à la fenêtre

 

J’étais ce merle venu te charmer

À la fenêtre tu étais penchée

Sur un jardin de fleurs embaumées

Par un printemps parleur amouraché

 

J’étais ce vent doux caressant ta peau

Toute nue dans ta robe de rose

Je te disais garde bien la pose

Je dessinais tes courbes comme l’eau

 

J’étais ce rayon de soleil rieur

Comme une tendre épine au cœur

Une larme fraîche tombée à pique

Ta lèvre frémissait de panique

 

J’étais cet amoureux non prévenant

Apparu au sortir de ton rêve

Et dans tes grands bras bouillant de fièvre

J’ai roulé ma peau de tambour battant

 

Je suis un chevalier errant sans nom

Je me suis, seul, perdu dans tes chemins

À ta promesse je n’ai pas dit non

Pour toujours tu ignores mon chagrin

 

J’étais ta jeunesse éternité

Et ta vieillesse la gracieuseté

Nos chandelles brûlées par les deux bouts

Ô, le regret est bien amer et doux !

 

 

J’étais ta rencontre étrangère

Familier de tes rêves en pensées

Cœur naïf ardent d’une bergère

Tu as conquis un prince innocent

 

Nous voici reine et roi en exil

Chaque solitude a son île

Archipel le pays de nos amours

La mer de toutes les terres autour

 

Nous sommes en compagnie intime

Le toi et moi unis dans l’infime

Quand la vague soustraite au rocher

Efface dans le sable les baisers

 

Tu étais moi-même je te cherchais

Sur les rives des dures tempêtes

Où beaucoup de marins disparaissaient

Au vent, debout, la muse inquiète

 

Et nous voici, nous deux, au rendez-vous

Toi derrière tes yeux, moi à la fenêtre

Et un merle noir chante comme fou

Cette joie de vivre qui veut être

 

Nous serons dans le vent toute saison

Rien ne nous ressemble que l’inconnu

Le ciel volage plus que de raison

Aime pour aimer jusqu’à ta venue

 

Pierre Marcel Montmory trouveur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article