Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Pierre Montmory

HUMANITÉ PERDUE ET RÉSISTANCE

HUMANITÉ PERDUE ET RÉSISTANCE

Inspiré par le documentaire du réalisateur Boubacar COULIBALY « Sculpteurs de paix ».

- livre numérique gratuit à copier et à partager -

 

HUMANITÉ PERDUE et RÉSISTANCE

 

 

   Restons sur la place publique.

N’enfermons pas nos œuvres

Dans les vitrines des élites marchandes –

qui les engloutissent dans les abîmes de silence

Mais soyons vigilants, dans le présent

Entre le passé, vient l’avenir

Ici le présent et son cadeau

Toujours ouvert pour la curiosité

 

Nous ne trouverons toujours

Que l’humanité et encore l’humanité

Pour inspirer l’humilité aux étoiles

Parce que nous ne faisons pas plus

Que la mère des mondes qui allaite tous les enfants

Et encore les ancêtres

Dans le cercle

De la parole entretenue

Comme le feu des forges

 

Le prix de nos œuvres

Dans le regard des spectateurs

Le prix du travail

Dans l’attente de nos dons

Offerts à la curiosité

Et récompensé comme l’infini

Car tu chantes pour chanter, rossignol !

Car pour casser la graine, tu grattes le sol

Artiste, poète !

 

Nous créons avec la vie

Nous vivons avec les autres

Alors les autres nous regardent et savent

C’est une performance d’arriver à continuer

À vivre dignement le partage

La performance humaine

Notre humanité enchantée

 

Avec nos restes du passé

Avec nos rêves chiffonnés

Nous instruisons le moment

Et calmons toutes les faims

L’adresse de l’artiste doit être la notre

Comment nous sommes

Captés par nos sens

Vers l’autre

Humanité

Qui va

Avec nous

 

Pourquoi vendre quand tu dois rendre

Ce qui t’a été donné gratuitement

Et que tu offres pour remercier

Il n’y a pas de marché

Mais la marche de l’Humanité

La farine de chacun fait le pain

 

L’estime n’a pas de prix

Et lorsqu’on t’achète ta trouvaille

Cela ne veut pas dire tu es bon ou même meilleur mais

Cela t’enseigne l’humilité

Car

Les autres spectateurs méritent chacun autant, quand tu leur offres ta trouvaille, et qu’ils n’ont que leurs sourires, leur étonnement, et leur dépit pour te rendre ta présence.

 

Et puis, tu le sais, le client, « le riche étranger » n’est souvent qu’un vil collectionneur qui soustrait ta trouvaille du cercle de la vie et prive le monde d’une merveille humaine

 

Et, à courtiser ta diaspora, tu exaspères l’éternité

Tu corrompes ton esprit pour une vaine reconnaissance

Quand nous sommes au service du peuple,

Nous ne sommes pas obligés à la reconnaissance.

N’avez-vous pas compris

Que le dieu Argent veut vous acheter votre vie !

Travailler n’est-il pas de transformer le vivant en abondance ?

 

Le pain, doit-il être monnayé ?

La mère, vend-elle son lait au nourrisson ?

La mer monnaie-t-elle l’eau aux poissons ?

Le vent marchande-t-il son souffle aux marins ?

 

Ô, toi, le rossignol ?

Si tu nous plais

C’est parce que tu captes notre attention

Que tu nous charmes par ton chant

Ton chant

Nourricier

Qui éloigne le mal

Qui guérit

Qui provoque l’amour !

 

Alors, va, et sans prix affiché

Et sans quête

Tu seras rassasié

Car l’Humanité sera comblée

Car l’humanité aura dépassé l’égo de la bête

 

Alors, après avoir livré ton œuvre à la foule

La foule qui paraissait indifférente

Tu te mets à parler pour dire

Regardez

Écoutez

Sentez

Touchez

J’existe par mes œuvres

Et surtout

Je délivre la parole

Je porte mes mots jusqu’à vous !

 

Et la parole revient sur la place publique

La parole retrouve son point de départ

Et nous arrivons là d’où nous sommes partis

 

Célébrons l’éternité

La vie sacrée

 

Et toutes les langues de ta langue se démêlent quand tu parles !

Et tu rencontres d’autres qui ont vu tomber la même eau que toi, et que vous appelez ensemble : pluie.

 

L’amitié nourrit les siens –

Je reste ici – c’est mon pays

J’oublie les clientèles et m’occupe des miens

 

Je suis familier du pain des miens

Le pain de l’étranger, je le goûte quand il veut bien m’offrir le sien, sans le prix.

Je ne paie pas pour avoir des amis.

 

Si tu es prêt à changer de nom, alors, choisis de rester anonyme avec juste un petit nom pour les intimes.

 

Déjà disparu, ton œuvre reste !

On jugera tes œuvres

Alors, vraiment, reste intact, intègre

Ton identité t’uniforme

L’anonymat te préserve !

 

La tradition

Ou l’art de transmettre

Que la beauté soit le guide

 

La vie sans nom n’empêche pas de vivre

Anonyme n’empêche pas le mot juste

 

Et si tu as une parole à dire : parle

Même si tes paroles sont amères comme la mort

Même si c’est LA MORT : parle !

 

Si tu te sens menacé, c’est que tu demandes de l’aide à quelqu’un d’autre que toi-même

Le terrorisme est la réunion de ceux qui sont ennemis d’eux-mêmes.

La terreur est engendrée par la peur de soi.

La peur de soi est le non amour de soi.

Qui ne s’aime pas récolte la terreur.

 

Tu n’as pas d’armes

Mais des outils

 

Tu n’as pas d’arme ni de drapeau

Mais ton sourire

Et le drap de ta peau

 

Virus de misère

Si la guerre est la fin de tout

La paix est une bonne gestion de la misère

Virus de la misère

 

Parce que la paix n’est pas dans tous les cœurs

Que les cœurs manquent de courage

Que le courage n’a pas de volonté

Que seul le déserteur est brave et amoureux

 

Tu dois porter le masque qui soit le contraire de ton visage

Car malheureux tu es

Et tes yeux implorent la miséricorde

 

Alors, avance en paix, le cœur en repos, le corps à l’œuvre et ton esprit sain qui te gouverne.

 

Le fléau, le manque de plaisir de vivre à l’intérieur de soi provoque la guerre à l’intérieur de l’individu qui a rejeté l’enfant qu’il a été et qui veut jouer encore, le rejet de l’adolescent plein de rêves, et, à l’âge adulte, le refus d’être lui-même, qui n’a fait que vouloir ressembler à tout le monde.

 

La peur de naître à soi-même comme nouveau monde

La peur de vivre avec soi-même en bonne compagnie

Le peur de mourir de n’avoir pas vécu ses rêves

 

Résister c’est dire non.

Résister c’est exister.

Exister malgré toute gouvernance.

Exister pour ou contre, c’est toujours exister pour tous.

Et, parler, c’est exister.

 

Pierre Marcel Montmory trouveur

HUMANITÉ PERDUE ET RÉSISTANCE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article